Coline Ouvrard : « Le HBCAM63 peut trouver sa place en D2 sans difficulté »

Formé à Rochefort-Montagne, puis dans le club de Ceyrat-Perignat, Coline Ouvrard a ensuite porté les couleurs de Clerco (ancien nom du HBCAM63) avant de se diriger en Savoie pour porter les couleurs de La Motte Servolex depuis deux saisons maintenant. Le club savoyard accueille le HBCAM63 ce week-end avec un esprit revanchard suite à la déconvenue du match aller (défaite 32-12).

Bonjour Coline, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ? (dans le monde du Hand comme dans la vie de tous les jours)

Bonjour, j’ai 21 ans, j’ai validé une licence de géographie l’an dernier avant de me consacrer un peu plus au handball cette année en faisant une pause dans mes études. Mon projet professionnel, à terme, est de devenir professeur des écoles, et pourquoi pas en Savoie !

Comment êtes-vous arrivé au Handball, et plus particulièrement à ce poste de gardien ?

Un peu par hasard pour être honnête, il y avait un petit club près de chez moi en Auvergne et ça m’a plu tout de suite. J’ai joué 5 ans sur le terrain avant de me retrouver dans les cages pour dépanner sur un match… Mes entraîneurs m’ont, suite à cela, poussé à y rester parce qu’apparemment j’avais un potentiel. J’ai découvert les stages Ligue, le pôle espoir par la suite, mais pour moi c’est mes deux années en N2 et du travail qui ont fait de moi une gardienne.

Vous jouez pour La Motte Servolex depuis deux saisons maintenant. Pourquoi avoir rejoint ce club ? Une opportunité difficile à refuser sans doute, non ?

Effectivement, c’était vraiment pour moi une opportunité inattendue. J’ai longtemps été convaincu que jouer en N2 c’était déjà bien pour moi. Et là, un entraîneur de N1 qui m’appelle… D’autant plus, qu’il y avait pas mal de choses qui changeaient à Clermont. Je n’ai pas hésité longtemps !

Que pensez-vous actuellement de votre saison, d’un point de vue individuel comme collectif ? Plutôt une réussite ou avez-vous quelques regrets ?

Que ce soit collectivement ou individuellement, j’ai évidemment quelques regrets, on a eu des passages à vide, moi y compris. Mais dans l’ensemble de la saison, je suis très fière de mon équipe, on a progressé en deux ans et on sait qu’on est à notre place dans ce haut de tableau N1.

Quelles sont les différences entre un club comme La Motte Servolex et le HBCAM63 ?

Difficile de le dire, honnêtement, je ne connais pas bien le HBCAM63. Je suis partie au moment où il changeait de nom d’ailleurs. Depuis ce moment-là, il y a eu quelques changements d’entraîneurs. Du coup difficile de comparer les deux clubs. La Motte est un club compétitif mais j’y retrouve aussi la convivialité qui m’est cher, c’est un club formateur et ambitieux.

Parlons du match aller entre votre équipe et le HBCAM63. Comment peut-on expliquer un tel écart au score ? Le HBCAM63 trop fort sur ce match ? La Motte Servolex pas dans un bon jour ? Un mix des deux ?

Honnêtement, c’est un souvenir douloureux… Il n’y a pas d’explications à cet écart de score. Je pense qu’il y a de très fortes individualités (et pas de colle) à Clermont mais rien qui n’explique un tel match. Nous avons déjoué totalement ce jour-là, devant tous les amis clermontois… enfin je préfère en rire qu’en pleurer !

Que pensez-vous de l’évolution de votre ancien club depuis votre départ ? L’objectif D2 n’arrive-t-il pas un peu trop vite ou vous pensez justement que le club clermontois est armé pour rejoindre le monde professionnel ?

Je pense que handballistiquement parlant, le HBCAM peut trouver sa place en D2 sans difficulté. C’est pour tout l’extra sportif que je suis moins sereine.

Même si l’effectif a énormément changé ces dernières années, gardez-vous des contacts avec certaines joueuses ? Un petit mot à leur dire avant ce match ?

Bien sûr ! Je retourne régulièrement voir mes copines s’entraîner, j’ai passé de belles années à Clermont et même si peu d’entre elles sont encore dans le groupe (il y a eu beaucoup de départs l’année où je suis partie), je suis toujours ravie de les voir. Mes entraîneurs aussi d’ailleurs.

Je leur dirais bien que j’ai hâte de les voir dans mon univers !

Dernier mot, heureuse de voir sa petite sœur (Maelisse Ouvrard, demi-centre du HBCAM63, ndlr) faire des apparitions de temps à autre en N1 ?

Oh oui, heureuse et très très fière de ma petite sœur ! J’adorerais jouer contre elle ce weekend, ça serait tellement drôle ! Mais comme je lui dis, elle a 16 ans et encore des années devant elle pour progresser et s’épanouir en N1, à Clermont ou ailleurs. Mais oui, très fière d’elle.

Crédit photo : François Pietrzak

 

https://www.lrworld.com/JDC

Poster un Commentaire

Pour commenter : Connexion

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de