Mickael Bonnet : « Être champion de France de D1 avec Clermont, ce serait l’aboutissement d’un rêve ! »

Joueur phare et coach de l’équipe de Clermont Gaelic Football Club, Mickael Bonnet, 26 ans, fait aussi parti des joueurs cadres de l’Équipe de France. Un joli Curriculum qui devrait permettre aux Clermontois de passer un cap à terme.

Bonjour Mickael peux- tu te présenter en quelques mots ?

Bonjour, j’ai 26 ans, je fais du Football Gaélique depuis huit ans à Clermont-Ferrand. Je suis également entraîneur depuis six ans. Dans la vie de tous les jours, je suis professeur d’EPS à Vierzon.

Comment es-tu arrivé au Foot Gaélique ?

J’ai pratiqué le handball pendant très longtemps. Je suis arrivé à l’âge de 18 ans. J’avais envie de changer de Sport, je me suis dit, pourquoi pas le foot gaélique. Le club venait de se remettre en route, plusieurs personnes ont suivi le même chemin que moi. On s’est vite retrouvé à vingt joueurs ! A l’époque, on jouait sur le terrain à coté du terrain de rugby de Marmilhat.

Depuis combien de temps évolues-tu en équipe de France ?

Cela va faire six ans. Cela demande quelques disponibilités supplémentaires dans l’année, et un entrainement solide pour rester à ce niveau. Nous sommes plusieurs sur Clermont à être appelé pour la pré-sélection du mois de décembre (6 Clermontois)

En tant que joueur, quel est ton plus beau souvenir ?

La finale à Croke Park en 2016 contre le comté de New York. On perd 13 à 9. Ils marquent un but à la toute fin. C’était l’apogée de ce qu’on avait vécu là-bas, tu vis deux semaines avec les mêmes gars, tu progresses, tu partages des victoires, les défaites…ça reste vraiment un super souvenir.

Tu es le coach de l’équipe mais aussi un de ses meilleurs joueurs, l’approche est-elle particulière ?

J’essaye le plus possible de me mettre à leur place, de leur proposer des activités ou des exercices qui s’adaptent le plus aux compétences de chacun. Il faut savoir analyser ! Si les joueurs sont moins motivés, plus motivés il faut apprendre à jauger. Le fait d’être professeur de sports m’aide énormément.

Comment es-tu devenu coach ?

J’étais entraîneur de Handball avant donc je savais un petit peu ce que c’était. Quand on me l’a proposé j’ai été très clair sur le fait que je souhaitais tout de même jouer !

Ça se passe bien avec les joueurs ?

Très bien oui ! Le fait que j’ai un statut de très bon joueur aide surement beaucoup. Au niveau du contenu, le Football Gaélique se rapproche énormément du Handball. Ici, à Clermont, on porte énormément le ballon, on fait tourner, on fait courir nos adversaires. Mais la controverse c’est pouvoir jouer au pied ! On a un réel manque là-dessus. Il nous manque un ou deux très bons attaquants.

45219125_263562364353899_7266685164153995264_n

Tu joues à quel poste ?

A Clermont, je joue milieu de terrain. Je relance la balle depuis la défense et j’apporte un soutien à l’attaque. Au milieu on est deux joueurs avec deux profils différents. J’ai tout de même un profil un peu plus défensif, c’est un poste qui demande beaucoup d’endurance.

Un entrainement perso à côté de ça ?

Du Crossfit, du trail, du vélo, de la natation…Je ne peux pas m’empêcher de faire du sport !

Que penses-tu des nouvelles recrues ?

Il y a Alexandre Berbenni qui vient aussi de Courpière ! Je l’ai eu au Handball quand j’entraînais, il a essayé le Football Gaelique et il m’impressionne ! Mais ce que j’aime chez tous nos nouveaux, c’est leur capacité à s’investir à fond et à écouter les consignes et les appliquer.

Quel est ton rêve ?

C’est d’être champion du monde à Dublin à Croke Park. Et d’être champion de France de D1 avec Clermont, ce serait l’aboutissement d’un rêve. C’est ma famille !

Il y a de plus en plus d’équipes dans cette discipline, non ?

Pas seulement en France, on joue contre la Galice, l’Allemagne…Et même la Bretagne. Ça fait un peu grincer les dents ! En France il y a deux comtés : la Bretagne et la Zone Fédérale qui est composée du reste de la France.

On les rencontre uniquement en phase finale à la fin de l’année, c’est regrettable. Au sein de la zone fédérale on fait plusieurs tournois mineurs (équipe du sud entre eux et même principe avec l’équipe du nord). On joue constamment contre Paris qui est plus fort que nous ! Alors qu’on pourrait jouer contre d’autres équipes du sud, afin d’être plus valorisé.

Y’a-t-il des échéances avant le début du tournoi officiel ? 

Oui un match caritatif pour le Téléthon, contre Vierzon ce samedi à 13H30 au Stade Leclanché et les filles contre Lyon à 15h.

Un petit mot de la fin ?

On espère réaliser une grosse saison en accord avec nos objectifs, pareil pour les filles ! On croit en elles.

Crédit photo : Mickael Bonnet

Poster un Commentaire

Pour commenter : Connexion

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de