ASM – Un sifflet, des au revoir…

Éliminée de la Coupe d’Europe par le Racing (28-17) en quart de finale et très loin des six premières places dans le championnat, l’ASMCA vit une saison très éprouvante…

Une saison noire, à oublier. 

Habituée des phases finales du Top 14, ainsi qu’en Champions Cup depuis plus de douze ans, l’ASM Clermont Auvergne, se retrouve dans une toute autre situation cette année. Face au Racing 92, les Clermontois ont dit adieu à leur espoir de remporter la coupe d’Europe. Largués par les équipes de tête, avec seize points de retard sur la sixième place et une triste 9ème place, les « jaunes et bleus » ont dit au revoir à la Champions Cup…pour l’année prochaine. Un bilan bien sombre pour le champion de France en titre et le vice-champion d’Europe. Une saison « pourrie» comme l’a évoqué le capitaine de l’ASM, Morgan Parra.

Depuis le début de la saison, Franck Azéma a vu son équipe décimée par une cascade de blessures. Plus de la moitié des joueurs ont fréquenté l’infirmerie cette saison, obligeant ainsi le staff clermontois à composer une équipe différente chaque week-end.

En début de saison, en l’espace de neuf matchs, l’ASM a connu cinq fois la défaite. Pourtant en Champions Cup, c’est une équipe avec un visage métamorphosé que nous avons retrouvé. Avec une poule très relevée comprenant les Ospreys, Northampton et le tenant du titre les Saracens, les Clermontois finissent premier de leur groupe avec en prime et pour le bonheur de tous les supporters, une double victoire face aux Sarries dont une correction en Angleterre 46-14 ! Ce n’est pas rien ! La trêve hivernale passée, les Clermontois retournent dans leurs travers de début de saison, avec une infirmerie pleine. Les hommes de Franck Azéma subissent six défaites d’affilées dont trois au Michelin.  Une saison plus qu’hasardeuse, qui s’est terminée en l’espace de deux week-ends par deux grosses désillusions, à Toulon (49-0) et face au Racing 92 (28-17).

Une fin de saison sans enjeux, comment l’aborder ? 

Il ne reste que trois matchs aux joueurs pour montrer un autre visage et finir sur une bonne note. Face à des clubs déterminés à se maintenir en Top 14 (Stade Français, Agen) ou encore Toulouse qui lutte pour une qualification directe en demi-finale, ce ne sera pas chose aisée !
Cette saison a tout de même permis à Franck Azéma, Bernard Goutta, Didier Bès et Xavier Sadourny d’intégrer des jeunes du centre de formation afin qu’ils aient un réel aperçu du niveau d’exigence du top 14.

Aurélien Rougerie, l’enfant du pays, qui a subi deux blessures au cours de la saison n’a pas vu sa motivation entachée. Lui qui quittera l’effectif en juin prochain voudra sans aucun doute terminer sur une bonne note. Il n’est pas le seul à quitter l’ASMCA à la fin de cette saison, en effet Raphaël Chaume, Noa Nakaitaci, David Strettle, Scott Spedding et bien d’autres s’envoleront vers d’autres horizons.

L’ASMCA reste tout de même une des équipes les plus régulières de ces dix dernières années, ayant joué un nombre de matchs conséquents, en plus des internationaux sollicités par les différentes sélections mondiales.
On peut parler de syndrome d’année ‘’ post-titre ‘’, le nombre hallucinant de blessures et le manque de rythme a clairement joué en la défaveur de l’équipe. Mais finalement cette longue coupure permettra surtout aux joueurs d’avoir le temps de préparer physiquement ou bien mentalement la saison prochaine, de continuer à intégrer ses jeunes du centre de formation avec les joueurs professionnels, afin de créer une réelle cohésion. Nul doute qu’ils seront attendus l’année prochaine, par les supporters mais surtout par leurs adversaires, qui savent déjà qu’il n’y a que les volcans qui dorment longtemps en Auvergne.

 

Crédits photos : Bruno Courteix.

Lycée Pro de Coiffure

Poster un Commentaire

Pour commenter : Connexion

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de